Pour un web ouvert

« Fort heureusement, il n’existe pas un seul web mais plusieurs », écrit Guillaume Vissac sur son blog Fuir est une pulsion après avoir pris connaissance de ma proposition de lancer une web-association des auteurs. Et il dit avoir lui aussi beaucoup réfléchi sur le concept de « web-édition », et que ce n’est pas un modèle qui l’attire.

Les idées sont importantes, mais mettre en pratique l’est plus encore: cette semaine j’accueillais Guillaume sur Oeuvres ouvertes, Pierre Cendrin reprenait un texte de moi et un autre de Claude Favre. Le choix n’est pas entre un camp et un autre – j’ai lancé une proposition, pas un appel à se battre -, mais entre deux logiques: celle d’un web fermé, avec péage à l’entrée (ici on appelle ça le Tiers payant) où il s’agit avant tout de contrôler le plus de territoire possible (textes et auteurs), et celle d’un web ouvert qui permet que les textes circulent librement de blog en blog et que le web littéraire accueille avant tout des activités d’écriture ouvertes sans hiérarchie ni domaine fermé. L’édition, avec ses comités et ses clans, on laisse au monde ancien. Oui, il y a deux logiques, et elles ne sont pas conciliables à mes yeux. Pourquoi ne pas le dire ?

Ces derniers jours, j’ai passé du temps dans les archives de Thierry Crouzet. Nos blogs sont des mines dont la plupart des textes ne sont plus lus (plus de 2000 sur Oeuvres ouvertes), il me paraît important d’y retourner et de faire redécouvrir, et de ne pas être toujours dans la fuite en avant.  Chez Thierry, de nombreuses réflexions importantes sur le web comme espace politique où les pouvoirs centraux et pyramidaux sont sans cesse remis en question. Sur Oeuvres ouvertes, je reprends un de ses billets intitulé Nouvel empire. C’est à la marge des empires, dit-il, que des nouveaux réseaux se créent, qui peuvent être fondés sur autre chose que le désir de maîtriser un territoire en plaçant un peu partout des barrières (“Notre comportement grégaire met en danger la neutralité en créant des centres de puissance”, écrivait Thierry Crouzet sur son blog il y a quelques jours).

Pour que la web-association des auteurs existe et se développe (car je ne vois évidemment pas l’intérêt qu’elle se limite à un petit groupe clos sur lui-même), je propose qu’aient lieu régulièrement de telles reprises sur les blogs des participants. En ce qui me concerne, ce sera tous les dimanches sur Oeuvres ouvertes. Question posée aux premiers participants et à ceux qui souhaitent nous rejoindre: Qu’en pensez-vous ? Faut-il mettre comme condition d’une participation à la web-association que chaque blog reprenne régulièrement – je propose une fois dans la semaine – un texte lu les jours précédents ou redécouvert sur un autre blog ? Il peut s’agir évidemment d’un simple extrait, qu’on a envie de signaler, de donner à lire en le mettant en évidence, avec des images voire du son. L’espace des commentaires est ouvert pour discuter de ce point. Je modifierai le mode d’emploi en fonction de vos réponses. Mais il me semble important que cette pratique de reprise et de rediffusion soit régulière et ait son espace propre sur nos blogs.

En une semaine on a fait un petit bout de chemin, et je tiens à remercier Carol Shapiro, Natalia Arribas, Gilles Piazo et Pierre Cendrin d’avoir repris mon texte sur leur blog, et tous les amis sur les réseaux sociaux qui ont fait circuler l’information et pour certains exprimé leur enthousiasme (dans un climat un peu tendu il faut bien le dire). On veut un web joyeux, ouvert, libre, pas des groupes sclérosés et tristes, enfermés dans leurs certitudes et leurs propres pratiques. Il existe désormais un compte Twitter @webasso_auteurs, merci de soutenir. Qui aurait envie de créer une page Facebook ?

Ma proposition initiale: Pour une web-association des auteurs

Beckett-1

Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

30 commentaires pour Pour un web ouvert

  1. Natalia dit :

    Bonjour,
    En ce qui me concerne, n’étant pas auteur, dans l’optique de mettre en valeur des textes je vais créer une section Web association des auteurs sur mon blog et y poster ( une fois par semaine sans doute ) un texte (re-)découvert parmi les auteurs associés.
    L’appel ayant été relayé sur mon blog ( dzahell.fr ) ce sera un article de Gilles Piazo qui inaugurera cette nouvelle entrée.
    C’est un grand plaisir de disséminer.
    J’ai senti en effet quelques tensions, je n’en comprend pas l’intérêt mais bon…
    En ce qui concerne Facebook je n’y ai pas de compte et je n’aime pas cet endroit.

  2. Bonjour, j’aime bien l’idée, mais je me demande s’il ne faudrait pas un thème ou une problématique chaque semaine (ou quinzaine) qui permettrait de rechercher ce qui a déjà été dit, écrit par d’autres sur le web et à chacun de republier le billet trouvé qui lui parle le plus. Pour une reflexion plus riche en effet !

  3. Natalia dit :

    Désolée mais par thème personnellement je n’adhère pas du tout. Je fonctionne aux coups de coeur pas par genre

    • ok Natalia, pas de problème pour combiner les deux, dimanche prochain personnellement je reprendrai un texte d’auteur hors de toute démarche thématique, et pour les thèmes ça peut être occasionnel quand on a envie ?

  4. Ajoute: évidemment laisser se déployer librement, c’est l’idée de départ, donc ça ne peut pas partir systématiquement de ce blog…

  5. Ok pour reprise d’un texte 1 fois par semaine par ex., thématique ou non. Je rejoins plutôt Natalia concernant facebook.

  6. claude favre dit :

    Pas de blog, je ne peux vous aider, mais un compte facebook Languesde Guingois. Ne suis ni d’un territoire ni d’un autre et j’y ai de nombreux vrais amis. Il s’y trouve aussi de nombreux poètes ou écrivains, des lecteurs. Nous y tentons des conversations sereines curieuses, enjouées et ma page est autrement plus consultée, appréciée qu’ici. Je peux créer une page si vous voulez…

  7. Reblogged this on le baiser de la mouche and commented:
    Le baiser de la mouche reprend aujourd’hui un texte de Laurent Margantin – Pour une web-association des auteurs – qui propose de penser et cultiver un espace d’échange et de liberté pour l’écriture numérique, et notamment l’écriture de blog. Un peu à l’image d’un jardin à l’anglaise plutôt que d’un jardin à la française. Billet reblogué du site qui est désormais consacré à cette tentative, et dans laquelle cette démarche s’inscrit : Pour une web-association des auteurs, Disséminer les écritures

  8. ACC dit :

    Bonjour,
    Je lis ce qui est relayé de-ci de-là, lis ce qui est ici bien sûr aussi.
    Sans saisir encore pleinement toutes les subtilités d’un débat complexe concernant l’édition en ligne, je tiens à m’associer à votre volonté d’écarter les auteurs de leur solitude et de tout mettre en oeuvre pour ouvrir ce champs de création dense et complexe.
    Tous les liens sont à tisser et à tendre.
    Je serais ravie de me joindre à votre collectivité.

  9. ACC dit :

    Oh et dans mon enthousiasme, j’ai oublié de joindre à mon message ce lien qui pourra vous intéresser et plaire, si pas déjà connu. Il s’agit du convoi des glossolales à l’initiative d’Anthony Poiraudeau http://leconvoidesglossolales.blogspot.fr qu’il a lui-même défini comme « un blog collectif d’écriture à fréquence contrainte, ouvert aux contributions volontaires. »

  10. Gilles Piazo dit :

    Bonjour Laurent – et les autres !
    Pour ma part, je pense que la web-association se doit de garantir à chacun sa propre liberté d’usage du web et ne pas fixer ce genre de condition d’appartenance (quota de reprise). Assidu ou dilettante, un partage tout les trois mois ou plusieurs par semaine, via une thématique ou en électron libre ; qu’importe, si on est dans une dynamique d’échange et de libre circulation des textes.
    Gilles

    • fg dit :

      Je rejoins Gilles. J’adore les contraintes qui sont pour moi des catalyseurs d’écriture. Mais je dois utiliser mon temps au mieux pour faire avancer mes différents projets. Ma présence sur le net et mes publications sur des blogs sont irrégulières. J’ai besoin de cette liberté, de ces respirations. Alors, ouvrir aux autres oui, mais à mon rythme, qui n’aura rien de régulier.

  11. carol shapiro dit :

    Comme Gilles Piazo, je préfère, pour un tas de raisons personnelles liées à ma disponibilité sensible, et pour que ce vol d’étourneaux ne soit pas sous pression, de n’avoir pas de régularité imposée. Parfois nous sommes ouverts, réceptifs, sensibles à la lecture d’autres, à la rencontre, parfois moins, c’est mon cas .. Donc je préfère aller vers quand le souffle sera léger, sans contraintes.. et je pense que ça sera plus sincère qu’une mécanique… mais chacun selon .Je reviens dans quelques jours pour mieux saisir les mouvements..
    carol

  12. Trois options donc pour le moment, qui ressortent de la discussion (merci à tous), qu’on peut très bien combiner:
    – des webassos ponctuels, selon la disponibilité et l’envie
    – des webassos hebdomadaires (Oeuvres ouvertes le dimanche, dzahell)
    – des webassos thématiques (proposition de Chris, qu’on va concrétiser dans les prochaines semaines)
    Je retiens aussi le lien d’Anne-Charlotte vers le Convoi des glossolales que je connais mal, avec rythmes différents selon les participants, à explorer.
    La discussion reste ouverte.

    • Salut tout le monde,

      La combinaison des options semblerait satisfaire tout le monde. L’important demeure, selon moi la circulation collective, de la simple reprise (et pquoi pas par ex. lire à haute voix ? Piste : lire le journal de FK par Laurent avec les morceaux qu’il aura traduit dans la semaine ou autre, s’il en est d’accord, en faisant alterner les lecteurs ?) à une réappropriation d’un texte : Chris pensait que le dernier texte d’Orthopédie sur mon blog était une correspondance écrite à intervalles réguliers, ce n’est pas le cas. Mais on peut effectivement imaginer à partir de là une correspondance, sur situation antérieure, ou la faire se poursuivre. Par exemple.

      Pour affirmer la dimension collective, peut-être alors qu’un rythme minimal est nécessaire, même si secondaire.

      Pierre.

      • ça me paraît intéressant ton idée de lecture à voix haute, Pierre, voir après si c’est faisable pour plusieurs d’entre nous techniquement (j’avais fait quelques essais de lecture de mes propres textes mis ensuite sur Youtube°

  13. didier bazy dit :

    A reblogué ceci sur rhizomiques and commented:
    premier reblog de ma vie en wordpress

  14. J’ai publié hier un texte où je propose une vision plus écosystémique de la coexistence (parfois en tension, parfois en synergie) de plusieurs modèles :
    Pratiques non marchandes et activités commerciales pour l’écriture numérique, http://www.atelierdebricolage.net/?p=3574
    Amicalement,
    Philippe

  15. Bonjour,
    Le lecteur que je suis est d’accord pour disséminer des écritures.

    En lisant le journal de Kafka me saute aux yeux, par contraste, l’esprit de sérieux qui émane parfois d’une certaine « web-littérature contemporaine ». Web grâce auquel j’ai découvert par ailleurs des auteurs vivants, des textes que j’admire. D’accord pour miner, déminer, disséminer.

    D’accord aussi avec la lecture à voix haute ; la lecture publique me semble une idée d’avenir à mesure que les textes se dé-matérialisent et que l’ancien monde s’écroule. (La traduction du journal de Kafka, s’y prête à merveille, j’en ai testé des extraits). Des fois j’imagine un orchestre Kafka. « Avec un fort courant d’air et dans une rue silencieuse » ce serait une mélodie charmante.

    Et d’accord pour copier, coller, associer, disséminer, monter, démonter des textes d’auteurs vivants, en live ou sur les blogs. D’accord pour essayer, ponctuellement, régulièrement. ou thématiquement, je ne sais pas encore comment.

  16. Ping : Tenter de comprendre où je suis. | Sous le Pommier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s